Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 mars 2011 1 21 /03 /mars /2011 00:04

Entretien avec Patrick Vuitton, délégué général de l'Association des villes et collectivités pour les communications électroniques et l'audiovisuel (Avicca)

Le président de l'Avicca, Yves Rome, a exprimé ses inquiétudes à la suite des annonces des opérateurs en matière de déploiement de la fibre optique (*). Il craint une grave fracture numérique du très haut-débit. Les déclarations d'intention des opérateurs n'ont-elles pas donné aux collectivités davantage de visibilité sur les schémas d'aménagement numérique du territoire en préparation ?

 

Nous regrettons que trois ou quatre mois soient nécessaires pour compiler sur une carte les déclarations d'intention des opérateurs déposées le 31 janvier ! Certes, certains d'entre eux informent directement les collectivités des zones qu'ils veulent couvrir - ou, en tout cas, celles où ils ne souhaitent pas que les collectivités prennent l'initiative ! Et les opérateurs indiquent toujours quand ils envisagent de commencer à équiper une commune, mais jamais quand ils finiront. Il ne faut pas prendre les déclarations pour argent comptant, car aucun investissement supplémentaire n'a été annoncé, et aucune sanction ne sera appliquée à une fausse déclaration. A ce jour, nous avons surtout une visibilité sur ce qui ne sera pas fait, ce qui créera une énorme zone blanche pour les dix prochaines années, bien plus large que celle du haut-débit.

Un déploiement concomitant entre zones denses et zones rurales ne vous paraît pas envisageable ?

En 2011, il y aura 1 million de prises construites en zones très denses et 60 000 à 80 000 en zones rurales ! Bien sûr, les deux chantiers sont lancés de front, mais à la manière du pâté mi-cheval, mi-alouette ! Pour mener à bien ces deux déploiements en parallèle, il faudrait au moins que soient précisées les règles d'emploi du Fonds national pour la société numérique. Les collectivités locales ne savent toujours pas si les projets déjà lancés ou en cours de lancement seront ou non éligibles à ces aides, ce qui retarde la mise en oeuvre des procédures d'appel d'offres.

Vous évoquez les risques d'écrémage dans les zones très denses, n'est-ce pas un procès d'intention ?

On constate sur le terrain que des zones d'activité économique, des services publics et des quartiers pavillonnaires sont ignorés des déploiements entrepris depuis deux ans. Se pose aussi le problème des coûts de raccordement pour les usagers : seront-ils raisonnables ? Les opérateurs envisagent d'arrêter la couverture horizontale à 150 mètres des maisons individuelles, il faudrait débourser de 400 à 500 euros à chaque fois pour achever le raccordement. A tel point que certains opérateurs suggèrent aux élus de financer les habitants pour qu'ils se raccordent... dans les zones dites « rentables » !

(*) A lire sur :www.avicca.org/Fibre-optique-moins-de.htmlL'Avicca organise, le 5 avril 2011 à Paris, le colloque « Etablir son projet très haut-débit » ouvert à tous les acteurs de l'aménagement numérique, sous condition d'inscription (sur le site internet).

Sophie Maréchal. La Gazette des communes. 21 mars 2011



Partager cet article

Repost 0
Published by Sophie Maréchal. La Gazette des communes - dans Vie numérique
commenter cet article

commentaires