Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 juin 2005 4 02 /06 /juin /2005 13:58

Auteurs de bandes dessinées et passionnés de high-tech, Didier Crisse et Fred Besson allient leurs passions pour créer Ishanti.

Pour la première Fête de la BD, Micro Hebdo est allé rendre visite à deux auteurs en plein travail sur leur nouvelle série, Ishanti danseuse sacrée, dont la sortie est prévue à la rentrée 2005.

 

Ishanti.jpgL'ordinateur tient en bonne place sur le bureau des auteurs de BD sans pour autant leur ôter le crayon des mains. A l'image de Didier Crisse et Fred Besson, que nous avons surpris sur leur planche à dessin et leur PC, deux mois avant la sortie du tome 1 d'Ishanti, danseuse sacrée. Publiée par Soleil, l'éditeur de Lanfeust de Troy, cette série s'inscrit dans le renouveau de la BD, ici sous l'angle de l'heroïc fantasy. « C'est plutôt de la « mythologic fantasy » puisque l'histoire d'Ishanti revisite les mythes de l'Égypte antique », intervient Crisse, scénariste et dessinateur, qui affiche une bonne quinzaine d'albums à son actif dont les séries à succès L'Épée de Crystal, Kookaburra et Atalante. C'est sur cette dernière qu'il a connu Fred Besson, magicien des couleurs.

De la BD à quatre mains

Aujourd'hui ils travaillent en duo, comme co-auteurs, sur ce nouveau projet qui a demandé six mois de préparation. Crisse se charge de l'histoire, des dessins, du découpage des cases, et Besson du reste. « Moi c'est le papier, lui c'est l'ordinateur », résume Crisse. « A l'origine, Fred m'avait envoyé par mail l'une de mes cases qu'il avait entièrement retravaillée, avec une richesse graphique incroyable. Je me suis dit, c'est ça ! » C'est-à-dire un dessin où le trait noir disparaît au profit de couleurs très chaudes, d'un rendu tout en profondeur, avec un jeu de lumières et des volumes qui donnent une impression de 3D sans la froideur de la 3D. Pas de secret : ils sont fans tous les deux des animations Pixar. Le métier d'auteur de BD restant - heureusement - artisanal, les nouvelles technologies y font leur entrée par petites touches.
Déjà dans la rapidité des échanges. Didier Crisse habite en Vendée, Fred Besson à Nantes. Crisse envoie chaque jour par mail ses dessins en noir et blanc (voir ci-contre), Besson les imprime, ajoute des détails (pour les cheveux par exemple), puis les scanne. A partir de là commence un gros travail de mise en couleurs par couches successives à la palette graphique partir d'un logiciel unique : Photoshop. Initialement destiné à la retouche photos, cet outil devient la baguette magique des créateurs de BD séduits par sa puissance et sa gestion des calques.
Crisse et Besson privilégient l'ambiance graphique et les textures, préparées à la main puis scannées : une bonne partie de l'histoire se déroule dans les dédales de palais égyptiens, où les colonnes de pierre et la végétation abondent. Pour gagner du temps, les auteurs se sont construits une base de données de colonnes, de feuillages et de textures « même si, en fin de compte, en BD, on réutilise assez peu les mêmes éléments de décor ».

Pas de triche ni d'effet

Fred Besson travaille ses couleurs numériques sur un 19 pouces cathodique « pour un bon calibrage des couleurs, les écrans plats actuels étant peu fiables à ce niveau », complété par un petit écran plat qui lui sert à afficher son modèle noir et blanc. Il travaille chaque case en grand format et en mode CMJN, plus contraignant que le classique RVB, mais nécessaire pour obtenir une impression couleur précise et fidèle.
Avec le nouveau parti pris graphique d'Ishanti, les fichiers ont pris de l'embonpoint : 30 Mo en moyenne pour une case, 400 Mo pour une planche complète. Il faut un graveur de DVD pour archiver tout ça, alors que 1 ou 2 CD suffisait auparavant pour les BD plus traditionnelles.
Fred Besson utilise une simple palette graphique. C'est parfois peu pratique quand on veut la tourner d'un quart de tour comme on le ferait d'une feuille de papier. « Mais de nouvelles solutions techniques arrivent et vont nous simplifier la tâche, en se rapprochant encore plus du papier. Comme cette palette sur écran tactile qui permet de travailler directement sur le dessin », précise Fred Besson qui termine une à deux planches par semaine.
La micro permet aux créateurs d'univers d'imaginer des projets graphiquement plus ambitieux. Mais la base reste du dessin traditionnel. « Les gens imaginent que c'est l'ordinateur qui fait tout ! Ce qu'on peut faire aujourd'hui grâce au numérique, on ne pourrait le faire si on n'avait pas une vraie expérience du dessin, de la peinture… » Pas de triche, ni d'effets. « On veut au contraire qu'on ne sente pas le travail de l'ordinateur. Les jeunes dessinateurs ont tendance à être fascinés par l'outil numérique. Le résultat est souvent bancal ».
Dernière étape : le lettrage - les textes dans les bulles - qui sera réalisé pour la première fois en numérique, pour correspondre à la précision graphique choisie pour cette série. Histoire de faire vivre Ishanti, la petite danseuse égyptienne, et la sortir de sa case dorée.


Pierre Lorimy

Micro Hebdo
02 juin 2005

Partager cet article

Repost 0
Published by Pierre Lorimy dans MICRO HEBDO le 2 juin 2005 - dans Culture - sports
commenter cet article

commentaires