Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 mai 2006 1 01 /05 /mai /2006 12:42

Arrestations abusives, corruption, procès verbaux bidon pour prostitution, rafles... les femmes et les gays sont les premières victimes de la montée en puissance de l'islamisme.

 

Marrakech doit être considérée comme une ville touristique propre et non un fief de pédophiles et d'homosexuels". Les déclarations d'Omar Jazouli, maire de la ville ocre, incarnent le discours dominant dans tout le royaume. Le raz de marée annoncé en 2007 du PJD (principal parti islamiste, détenant des villes comme Meknès) alimente chez les élus une surenchère sur les thèmes de la morale et des bonnes moeurs.

 

Marrakech connaît des campagnes d'"assainissement" sans précédent contre la "débauche", entendez sans aucune nuance pédophilie, prostitution et homosexualité. La fermeture, l'été dernier, du café la Bodéga a sonné le début d'une véritable "chasse aux homos".

Arrestations, rackets policiers, délation, rafles... sont désormais quotidiens au Maroc. Même les résidents étrangers du "domaine" (1) s'alarment.

 

Impossible pourtant d'évaluer le nombre de détenus pour homosexualité. la situation ne semble pas émouvoir les ONG locales qui reconnaissent, comme l'Observatoire marocain des prisons (OMP), ne s'être "jamais interessé à la question".

A Casablanca, les filles connaissent aussi des rafles régulières, au grand désespoir des petits taxis de nuit dont elles sont les meilleures clientes. Depuis les attentats du 16 mai, les estafettes de la Sûreté nationale sont omniprésentes. Sillonnant les grands boulevards de la capitale économique, elles peuvent aussi stationner à la sortie du Village (boîte sur la corniche réputée gay) pour en cueillir les clients.

 

Les jeunes marocains sont également les proies faciles d'une nouvelle brigade de police motorisée : les GUS, dits aussi "Croatie". Ces "voltigeurs" marocains se faufilent jusque dans les bosquets les plus reculés du parc de la Ligue arabe. les rencontres se font désormais essentiellement sur le net (moins risqué), via des tchats très fréquentés comme "cybermen". Pourtant, même les cybers jouent quelquefois les polices religieuses, comme ce Giganet ouvert 24h/24, réputé le plus grand d'Afrique, qui refuse l'accès de certains gays "repérés", constituant pourtant l'essentiel de sa clientèle. Le mois de ramadan est assurément la période la plus propice aux déferlements de propos homophobes. Du quotidien islamiste "Attajdid" aux journaux dits progressistes, tous parlent "débauche", certains promettant même des "bûchers pour les homos".

Dernièrement, la presse s'est émue d'apprendre que des mariages gays avaient lieu dans des consulats étrangers du Maroc (2). Paradoxe choquant pour certains, magie de l'extraterritorialité pour d'autres. Mariages ou arrestations... deux mondes séparés par une simple grille consulaire... !

 

Yann Barte, Voyages G, mai-juin 2006

 

(1) En France, on dirait le "milieu"

(2) La France n'est pas concernée puisqu'elle refuse de signer les PACS, prétextant le "trouble à l'ordre public", en s'appuyant sur un accord (vieux de 25 ans) entre les deux pays sur le mariage.

Partager cet article

Repost 0
Published by Yann Barte, dans VOYAGES G, mai juin 2006 - dans Société
commenter cet article

commentaires